L’alimentation idéale

Si vous mangez à votre faim et buvez à votre soif, il n’y a aucune raison de revoir en détail ce que vous consommez. L’allaitement n’exige pas de manger ou boire tel ou tel aliment, pas plus qu’il n’impose de restrictions sur d’autres. La majorité des femmes qui allaitent mangent de tout sans que cela affecte leurs bébés. Pourtant, les rumeurs voulant que les aliments causant des gaz aux mères soient responsables des coliques des bébés sont persistantes… malgré tout bon sens !

Après avoir mangé certains aliments les gaz surviennent lorsque des hydrates de carbone non digérés sont décomposés dans les intestins par des bactéries. Les gaz se forment dans les intestins et sont éliminés par le corps. Si les gaz passaient dans le lait, celui-ci serait… gazéifié !

Par contre, il est vrai que l’alimentation de la mère change le goût de son lait. Cette variation procure au bébé une multitude d’expériences gustatives qui le préparent doucement à manger comme le reste de la famille.

Lorsque son bébé est plus agité qu’à l’habitude, le premier réflexe d’une mère qui allaite est de se demander si cette réaction n’est pas due à quelque chose qu’elle aurait mangé. Il arrive bien sûr qu’un nourrisson soit plus sensible à certains aliments consommés par la mère, mais cela diffère tellement d’un bébé à l’autre qu’il devient futile de dresser une liste d’aliments à éviter. De toute façon, dans la majorité des cas, l’agitation du bébé ne cesse pas une fois l’aliment éliminé.

Par contre, la restriction alimentaire peut être envisagée pour certains problèmes spécifiques qui ne touchent pas tous les bébés, nous abordons cette question au chapitre 10.

Aucune femme qui allaite ne devrait croire qu’elle a besoin d’une alimentation exemplaire pour allaiter. Si vous avez envie de fastfood, de manger des croustilles, de dévorer un gâteau au chocolat, cela vous concerne et n’a rien à voir avec votre allaitement. Si vous êtes loin de manger religieusement ce que recommande le Guide alimentaire canadien, allaitez quand même, sans culpabilité. Votre lait ne sera pas « poison ». Au contraire, il reste l’aliment le mieux adapté à votre bébé.

Les femmes portent parfois lourdement la responsabilité de la qualité de leur lait. Cet aliment « parfait », le « meilleur » pour le bébé, celui qui évite les otites, qui rend plus intelligent, moins obèse, en meilleure santé… Une mère peut finir par croire qu’elle doit rendre son lait le meilleur pour son bébé. Le moindre écart dans son alimentation la rend coupable. Et le bébé allaité victime d’une otite, est-ce la faute du lait de sa mère qui n’est pas assez « performant » ?

Certaines femmes souffrent beaucoup de se croire prises au piège par les exigences alimentaires supposées de l’allaitement. Un peu comme une vache qu’on nourrirait de trèfles bio pour parfumer son lait, tout ce que la femme ingèrerait, indépendamment de ses goûts, de ses habitudes, de sa culture et de ses croyances, servirait à produire ce lait magique. C’est manquer cruellement de perspective !

Le lait maternel n’a rien de miraculeux. C’est un aliment complet et adapté au bébé, c’est sa première nourriture et une étape dans son alimentation. Il fait partie de l’ensemble des aliments que vous servez à votre famille. Il a un goût, un parfum, une texture, une couleur, influencés par ce que vous mangez et la vie que vous menez.

Allaiter doit rester un geste vivant et non pas s’inscrire dans la performance ou la privation. Le lait maternel n’est pas un produit de l’agriculture ou de l’industrie, il est fabriqué par un être humain, une femme, dont la seule et unique fonction ne se résume pas à l’allaitement.

Bien entendu, votre corps fournit les vitamines, minéraux et graisses nécessaires à la composition du lait, mais ces micronutriments ne dépendent pas de votre alimentation quotidienne. Même si un jour, ou deux, ou dix, vous n’absorbez pas en quantité suffisante certains nutriments, vos réserves combleront ces manques. Donc, à moins de carences graves et chroniques, votre lait ne manquera de rien.

Publicités

Une Réponse

  1. […] Faut-il manger plus pour produire du lait ? ; Aliments à éviter ; Le point sur quelques nutriments (fer, calcium, gras); L’alimentation idéale. […]

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :