Une préface en cadeau

Micheline Lanctôt et Pascale Bussières signent la préface de notre livre. Que ces deux dames du cinéma québécois acceptent de partager une partie de leur expérience de mères a été pour nous un véritable cadeau.

Dans ses films, Micheline Lanctôt a souvent abordé le thème de la maternité, sous ses aspects les plus lumineux comme les plus sombres. La grand-mère et mère de deux enfants est aussi porte-parole de Premiers Pas un organisme qui vise à soutenir les parents de jeunes enfants.

J’adorais ces moments d’une précieuse intimité, comparable seulement aux chatouilles de l’intérieur du ventre lorsque le fœtus fait la culbute. J’avais l’impression d’être comme la mère ourse lovée dans la torpeur douillette de sa tanière d’hiver, recroquevillée sur un petit corps chaud  dont la bouche goulue trouve spontanément le tétin.

– Micheline Lanctôt, Bien vivre l’allaitement

Pascale Bussières a souvent parlé de Micheline Lanctôt comme étant son mentor. L’affection et le respect que les deux femmes se portent est en tout cas évident. Mère de deux garçons, Pascale Bussières s’est aussi questionnée publiquement sur la difficile conciliation entre la maternité et son travail de création.

Je ne me suis pas posé la question de l’allaitement moi non plus. Ça me paraissait évident, naturel, primitif  voire au-delà de la raison. Mais les choses, en apparence si simples, ne se passent pas toujours sans heurts. La naissance de mes deux enfants n’a ressemblé en rien à ce que j’avais visualisé pendant de longues heures tout au long de mes grossesses.

– Pascale Bussières, Bien vivre l’allaitement

Il était important que la préface de Bien vivre l’allaitement soit signée par quelqu’un en-dehors du cercle des spécialistes et initiés habituels. Ce livre est après tout écrit par deux mères qui croient que les femmes sont les mieux en mesure de décider ce qui leur convient. Le livre contient d’ailleurs de nombreux témoignages de mères.

Avec la préface de Micheline et de Pascale, il  nous a semblé que le ton ne pouvait pas être plus juste. Un échange et un partage de deux expériences différentes, mais riches de sens.

Sources des photos: Premiers Pas projet Écosphère

Publicités

2 Réponses

  1. Bravo,

    J’ai entendu votre entrevue avec Christiane ce matin mais vous êtes 44 ans en retard pour moi. Ma fille est née en 1964 à l’Enfant-Jésus de Québec et j’étais la seule mère à allaiter son bébé. Aucune infirmière ne savait quoi faire et j’ai été laissé à moi-même avec un peu d’aide du pédiatre. Comme les séjours pour acouchement duraient environ 7 jours et qu’aucun protocole n’existait, on  »oubiait » souvent ma chouette dans ma chambre. Pendant ce temps, les pauvres autres mamans devaient visionner, à heures fixes, leur bébé à travers la fenêtre de la pouponnière. Lorsque 2 ans plus tard, j’ai accouché de mon fils au même hôpital, l’aide n’y était toujours pas. Nous étions 2 mères et j’étais celle qui offrait des conseils à l’autre, l’ayant déjà fait une fois. J’ai allaité chacun de mes bébés pendant 6 mois sans aucune assistance autre que l’instinct et la volonté. Si la libération des pratiques hospitalière s’est amorcée dans les années ’70, c’est probablement à cause de femmes comme nous qui ont osé bousculer l’ordre établi avec peu de moyens ou d’appui.
    Féléicitations!!!

    • Merci de votre témoignage Mme Saint-Pierre, vos lignes nous touchent!
      Surtout que 1964-1965 représente vraiment le creux de la vague dans l’histoire de l’allaitement au pays. Dès les années 1970, avec tout le mouvement d’humanisation des naissances, les autorités médicales se ravisent face au droit des femmes d’allaiter leurs bébés si elles le désirent. Alors vous avez bien raison, c’est grâce à des « têtues » comme vous que nous avons le choix aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :