• À propos

    Bien vivre l'allaitement est un livre écrit par Madeleine Allard et Annie Desrochers. Il est publié chez Hurtubise. Pour joindre les auteures
  • Twitter @BVAllaitement

    Erreur : Twitter ne répond pas. Veuillez patienter quelques minutes avant d'actualiser cette page.

  • Catégories

  • Rejoignez 59 autres abonnés

Échanges

Nous étions cet après-midi à l’émission l’Après-midi porte conseil à la radio de Radio-Canada. Pendant une trentaine de minutes nous avons eu la chance de répondre aux questions et commentaires des auditrices sur l’allaitement.

Les questions étaient toutes pertinentes et les commentaires parfois très touchants, nous aurions aimé pouvoir répondre à tout le monde. Cela a toujours été un privilège pour nous de recevoir en partage la façon dont les femmes vivent leur allaitement. Peu importe que le vécu ait été heureux ou triste, il n’est jamais banal et il nous semble essentiel d’entendre ce que les mères ont à dire. C’est vraiment à la base de toute l’approche du livre.

Voilà pourquoi nous avons été très touchées par le commentaire que Julie nous a laissé un peu plus tôt cet après-midi.

J’ai écouté votre entrevue cet après-midi.. avec quelques heures de retard car je suis au Yukon.
Je suis la maman d’un garçon de 20 mois et j’ai eu beaucoup de difficulté à allaiter.
Je dois faire partie de ce groupe de femmes qui ne produisent pas assez de lait. J’ai vécu beaucoup de frustrations car les spécialistes de la santé me disaient que ce n’était pas normal de ne pas avoir assez de lait, que je ne devais pas allaiter de la bonne façon…
J’ai pris du Dompéridone (12 pilules par jour), du fenugreek, du chardon béni et j’en passe… mon fils était constamment en larme, affamé, et surtout très maigre. Il a repris le poids perdu à la naissance au bout de 4 semaines après l’accouchement. Et j’ai eu un accouchement des plus naturels, sans complications, sans interventions.
Merci de dire que c’est normal pour certaines mères d’avoir de la difficulté à allaiter, voire dans certains cas impossible. J’ai donné des suppléments à mon fils jusqu’à environ 4 mois et demi, puis j’ai dû abandonner.
Ce fut un moment très difficile…

Votre cas n’est pas unique Julie et effectivement, faire le deuil de l’allaitement dans des circonstances comme celles-là est loin d’être évident. Pourtant, qui prend la peine d’entendre comment les mères vivent la fin abrupte d’un allaitement imaginé?

Nous vous invitons à lire le témoignage de Stéphanie sur l’insuffisance de lait que nous avons publié sur le site. Aussi, le chapitre 25 de notre livre porte sur le deuil de l’allaitement avec une partie sur la culpabilité.

Merci beaucoup de vos mots, c’est un grand privilège que de pouvoir vous lire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :