Une lectrice nous écrit

Nous avons reçu beaucoup de bons mots suite à la parution de notre livre, cependant rien ne nous touche autant qu’un message comme celui que nous a envoyé cette lectrice.

J’ai accouché il y a 2 mois par césarienne d’urgence. Malgré les six jours assez pénibles passés à l’hôpital, en comparaison l’allaitement a été encore plus difficile.

À l’hôpital on m’a donné des préparations pour nourrissons parce que j’avais de la difficulté à allaiter. Personne n’a pensé à me suggérer un tire-lait, ce qui n’aurait pas entravé ma lactation. Les infirmières du CSLC m’ont été d’un grand support mais malgré tout, j’éprouvais toujours des problèmes. L’une m’a dit que mon fils avait le frein de la langue court alors qu’une autre affirmait qu’il avait le palais creux!

Au bout d’un mois j’ai payé à mes frais une consultante en lactation, une vraie de vraie « intégriste de l’allaitement » qui a regardé ma mise au sein pendant 10 minutes, pourfendu les préparations lactées et « bitché » le système de santé pendant les 50 autres. Pénible. Résultat: impuissante, découragée et désormais remplie de culpabilité, je donnais à nouveau du « Good Start » à mon fils.

Mon obstétricienne n’avait pas voulu me prescrire de dompéridone pour augmenter ma production de lait sous prétexte que j’en produisais déjà mais elle n’a pas hésité à me prescrire un biberon de préparation lactée ou des anti-dépresseurs en me voyant pleurer dans son bureau! Quelle galère que ce premier mois d’allaitement.

Je me suis alors procuré votre livre et de tout coeur, je vous dois une énorme MERCI. Votre livre a été ma bouée de sauvetage. Grâce à lui, j’ai enfin eu toutes les réponses à mes questions et entrepris mon programme de relactation. Au bout de 2 semaines je suis même arrivée à passer graduellement du biberon au sein et à congeler du lait en vue de futures sorties!

Mon unique souhait était que mon fils soit nourrit uniquement de mon lait, peu importe la façon. Votre livre m’a encouragée à persévérer et à retenter l’allaitement au sein et j’ai réussi!

Comment se fait-il qu’en 2010, une femme qui souhaite allaiter n’arrive nulle part à trouver les outils et l’empathie nécessaire à l’atteinte de son objectif? Comment expliquer l’échec des professionnels de la santé qui l’ont côtoyés avec d’un côté un médecin qui prescrit des anti-dépresseurs et de l’autre une consultante en lactation diplômée qui fait passer une cause avant ce qui se passe avec cette femme et ce bébé?

Malheureusement, cette histoire n’est pas une exception. Encore trop de femmes n’arrivent pas à nourrir leur bébé comme elles le souhaitent parce qu’elles manquent de soutien. Quel cruel manque de respect envers les mères et les bébés. Heureusement, il existe aussi des professionnels de la santé qui font un travail exceptionnel sur le terrain.

Des situations comme celle-là sont révoltantes. En contrepartie, la réussite de cette lectrice est éclatante.

Publicités

3 Réponses

  1. Je suis maman de 3 puces toutes allaiter 2 ans par choix et j’ai tellement aimé ça que je suis devenue marraine d’allaitement dans un petit organisme de mon cartier. Malheureusement, des histoires comme ça sa courrent les rues 😦 Même pour des enfants pas prématurés mais avec des problèmes de santé mineurs on ne pense pas au tire-lait mais à la préparation de lait . Un jour, les protocoles des infirmières et médecins seront moins sévère et on pourra redonner une petite place à l’allaitement pour les femmes qui le désire. Bonne continuité et au plaisir de vous lire.
    Mélanie Normandin

  2. Quelle découverte que votre livre et votre blogue !!!! J’ai raté la sortie de votre livre, j’étais en Europe en mai (en train d’allaiter mon petit 2e partout à Paris et Barcelone, héhé). Je crois que l’angle que vous avez choisi – informer la mère pour qu’elle fasse ses propres choix – est absolument heureux. Je suis tout excitée, vraiment, je viens de vous écouter à Christiane Charette…. Quel rafraîchissement !

    Je dois vous dire que j’ai écrit en 2005 un texte – Comment c’est en transgressant toutes les règles des ayatollahs de l’allaitement que j’en arrive aujourd’hui à allaiter mon bébé avec bonheur ! – qui a eu un écho important dans certains forums de mamans et sur mon blogue. J’ai reçu beaucoup de témoignages de mamans qui me remerciaient du support que leur avait procuré mon texte. Et je crois que le contenu de celui-ci touche à la fois à ce que votre lectrice écrit et ce que vous écrivez. Je serais ravie de savoir ce que vous, vous en pensez : http://unefamilledelaterre.hautetfort.com/archive/2007/07/31/causes-transgresser-les-regles-pour-mieux-allaiter.html.

    Félicitations, encore, bis !

  3. Wow, quel témoignage émouvant ! Cette femme se dirigeait tout droit vers un arrêt de l’allaitement, et elle a réussi à atteindre l’allaitement exclusif grâce à ses efforts et à la précieuse information contenue dans votre livre ! Mado et Annie, vous pouvez vraiment être fières de votre travail! Votre livre, je l’ai lu en entier ; je n’ai pas sauté une seule page, et j’ai beaucoup aimé et beaucoup appris (même avec mes 40 mois d’expérience en allaitement). Quel projet d’envergure que d’écrire un tel livre, qui couvre tous les sujets imaginables, liés de près ou de loin à l’allaitement! Je vous trouve audacieuses (d’une belle audace!) de remettre en question plein d’idées au sujet de l’allaitement, plein d’idées qui circulent encore dans le milieu hospitalier. On en avait bien besoin ; on aurait d’ailleurs bien besoin que les infirmières du post-partum lisent votre livre… elles cesseraient peut-être leurs « un petit supplément pour votre bébé ? croyez-moi sur parole : ça ne compromettra en rien votre allaitement ; ça ne fera que vous laisser plus de temps pour vous reposer! » que j’ai entendus lors de mes 4 accouchements, et ce, même si j’étais dans des établissements amis des bébés (et de l’allaitement).
    Voici le plus beau compliment que je suis en mesure de faire concernant votre livre : Bien vivre l’allaitement est à l’allaitement, ce qu’Une naissance heureuse est à la grossesse et à l’accouchement. L’un (que j’ai lu une fois) est d’ailleurs la suite logique de l’autre (que je connais bien pour l’avoir lu une demi-douzaine de fois). Ces deux livres sont des musts ; ils sont les deux livres incontournables que je souhaiterais que lisent toutes les futures mamans québécoises. Bien vivre l’allaitement devrait être davantage publicisé dans les cliniques médicales, les maisons de naissance, les hôpitaux, etc. Imaginez à quel point notre piètre « 6% de bébés allaités exclusivement à l’âge de 6 mois » pourrait augmenter grâce à l’information que vous avez regroupée dans ce livre !
    Mado & Annie, félicitations et merci pour votre superbe travail !

    la maman-fan de BVA

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :