Alcool et allaitement

Les effets de l’alcool sur le foetus sont bien connues des femmes. La majorité des Canadiennes qui attendent un enfant vont cesser ou réduire leur consommation d’alcool. Ainsi les organismes en santé publique affirment que bien que la recherche ne permet pas de déterminer un seuil minimal de consommation entièrement sécuritaire pour le développement du futur bébé, éviter de consommer de l’alcool pendant la grossesse demeure le choix le plus sûr.

Qu’en est-il pendant l’allaitement?

Alcool dans le lait

L’alcool passe rapidement dans le lait. Il le fait à des taux à peu près équivalent à ceux du sang. Si vous êtes à jeun, le taux d’alcool dans votre lait atteindra son niveau maximal en 30 à 60 minutes. Si vous siroter un verre de vin en mangeant, cela prendra de 60 à 90 minutes.

L’alcool ne s’accumule pas dans le lait, il est éliminé au même rythme que dans le sang. Autrement dit, même si vous tirez votre lait une heure après avoir bu deux bières, vous ne faites pas disparaître l’alcool plus vite.

Lors d’une consommation légère à modérée (environ deux consommations), l’alcool qui se retrouvera dans le sang du bébé restera très bas. Par exemple, si vous buvez deux bières à 6,5% d’alcool, votre lait en contiendra 80mg pour 100ml de lait (le fameux 0,08). En tétant, votre bébé ne recevra pas du lait à 6,5% d’alcool, mais bien à 0,08%. Une fois le lait métabolisé par le bébé, son taux d’alcool dans le sang sera à peine perceptible.

Recommandations

La Ligue Leche affirme que les effets de l’alcool sur le bébé allaité sont directement liés à la quantité consommée par la mère. Lorsque la mère boit de l’alcool de façon occasionnelle ou limite sa consommation à un verre ou moins par jour, il n’y a pas de preuves que la quantité d’alcool que son bébé recevra lui nuise. Par contre, une consommation excessive d’alcool peut entrainer différents problèmes sérieux.

De son côté, bien que l’Académie américaine de pédiatrie n’inclut pas l’alcool dans les substances qui sont une contre indication à l’allaitement, elle affirme que les femmes qui allaitent devraient éviter de consommer des boissons alcoolisées. Elle affirme que l’alcool dans le lait peut réduire la production lactée. Elle ajoute cependant qu’un petit verre occasionnel d’alcool est acceptable, mais que l’allaitement devrait être suspendu pendant deux heures par la suite.

Il a en effet été démontré que l’alcool pouvait affecter le réflexe d’éjection de la mère et réduire le transfert de lait, mais lors d’une consommation non modérée d’alcool. À ce sujet, comme nous l’expliquons dans notre livre, les recherches menées sur l’alcool et la lactation sont peu nombreuses et non concluantes. Bien des spécialistes en lactation souhaitent des études plus fouillées. Aussi, suspendre l’allaitement pendant deux heures suite à la consommation d’un seul petit verre de vin peut s’avérer contraignant pour une femme et non idéal pour son bébé. Pour ces deux raisons, la recommandation de l’AAP peut sembler excessive.

Outils

Pour les femmes qui prévoient une soirée où elles comptent boire plus de deux consommations d’alcool, faire des réserves de lait puis suspendre l’allaitement le temps qu’il s’élimine du lait reste la chose prudente à faire. Nous avons publié ici le tableau par le groupe Mother Risk qui calcule le temps nécessaire à cette élimination.

Pour en savoir plus
Mother Risk La consommation d’alcool pendant l’allaitement
La Leche FAQ on Alcohol (en anglais)
American Academy of Pediatrics Policy statement (an anglais)

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d bloggers like this: