L’évolution de l’allaitement à la demande

Allaiter un bébé à la demande signifie de l’allaiter aussitôt qu’il envoie certains signaux.

L’allaitement à la demande n’est pas « un style » d’allaitement qui s’opposerait par exemple à l’allaitement selon un horaire.

Allaiter à la demande, c’est allaiter de façon à répondre aux besoins du bébé – qui varient dans le rythme et dans le temps – mais c’est aussi allaiter en respectant la physiologie de la lactation.

Autrement dit, un bébé doit avoir accès au sein sans restriction pour la simple et bonne raison que c’est l’unique façon de répondre à ses besoins et d’assurer à sa mère de produire assez de lait pour nourrir.

Allaiter selon un horaire, c’est risquer à plus ou moins long terme de ne pas avoir assez de lait pour répondre aux besoins du bébé.

Un engagement…

Il est vrai que l’allaitement à la demande peut être contraignant pour la mère – surtout pour un premier allaitement où on se demande un peu dans quelle galère on vient de s’embarquer tellement la demande du bébé est prenante de jour, comme de nuit.

Chez certains bébés, bien que tout à fait normale, la demande sera exigeante pendant de nombreux mois.

Il faut savoir s’ouvrir, sans chercher à voir trop loin.

… qui évolue!

Cela dit, pour vraiment allaiter à la demande, doit-on exiger de vous que vous nourrissiez votre bébé chaque fois qu’il ouvre la bouche?

Heureusement, non.

Plus le bébé grandit, plus l’allaitement est aussi déterminé par les occupations quotidiennes de sa mère. Il y a longtemps que nous ne vivons plus comme les chasseurs-cueilleurs et l’allaitement doit aussi pouvoir s’insérer dans notre mode de vie actuel qui comporte tout de même certains avantages, avouons-le.

À long terme, le piège de l’allaitement à la demande est peut-être d’utiliser le sein comme unique réponse aux multiples besoins de l’enfant. Lorsque notre bébé grandit, il ne s’agit pas de le mettre au sein au moindre battement de cil.

L’allaitement à l’amiable

Dans Bien vivre l’allaitement, nous avons adopté une expression de la sage-femme Ingrid Bayot qui parle avec justesse d’un allaitement à la demande qui évolue vers un « allaitement à l’amiable ».

Après quelques mois, un bébé dont les besoins ont été rapidement comblés se sera construit une sécurité affective qui lui permet de supporter l’attente sans tomber dans la panique.

Avec l’allaitement à l’amiable, une mère continue de répondre aux besoins de son bébé tout en retrouvant une part de liberté. Les tétées deviennent plus prévisibles et peuvent même s’organiser selon le déroulement de votre journée sans compromettre ni votre lactation, ni la santé physique et affective de votre bébé.

Vive la souplesse

Nous avons lu récemment sur les médias sociaux des positions très campées de mères sur ce que devrait être l’allaitement à la demande.

Certaines femmes n’acceptent aucune restriction dans le nombre de tétées de leur bébé et pratiquent un maternage de proximité dans lequel la physiologie de la lactation sera en tout point respectée et protégée. L’allaitement, de jour comme de nuit, sera prolongé aussi longtemps que l’enfant le souhaite, sans entrave aucune de sa mère.

D’autres mères désirent tout autant répondre aux multiples besoins de leur petit tout en cherchant un équilibre entre la sécurité et l’espace – donc l’existence apaisée dans l’attente de l’autre. L’allaitement à la demande évoluera tranquillement vers un allaitement à l’amiable et le sevrage pourra être guidée par la mère et se faire tout en douceur.

Ces deux types de maternage n’ont pas à entrer en compétition où l’un serait plus valable que l’autre. Ce n’est pas parce qu’un style de maternage convient à l’une qu’il sera celui de l’autre.

De la même manière, une femme qui allaite à la demande peut décider d’initier un sevrage tout comme une mère qui allaite à l’amiable peut laisser son enfant décider du moment du sevrage. Autrement dit, allaiter à la demande n’implique pas obligatoirement de le faire jusqu’à ce que le bébé se détourne lui-même du sein.

Au fond, pourquoi y aurait-il une règle absolue qui nous obligerait à nous confiner dans un seul type de maternage. Selon nos valeurs, c’est à nous de créer un allaitement qui nous ressemble.

Crédits photo: Peter Warren, The Independent

Publicités

54 Réponses

  1. bien oui, pas d’accord ensuite ce bébé prendra le sein comme une tétine , un doudou pour un réconfort non justifié, on voit de plus en plus de bébés de lait (très gros) qui retardent les premiers pas qui ne font pas leurs nuits qui refusent de faire la sieste qui demande les bras sans cesse qui pleure pour un oui ou un non, car il n’ont eu aucun détachement , aucune déception, voilà de ou commence nos enfants roi. cela dit j’ai allaitée mes enfants quand ils avaient faim point et mise à part les poussés de croissances j’avais quelques heures entre les boire.

    • Libre à vous de materner vos enfants comme bon vous semble, mais simplement insister sur un fait:

      il n’y a aucun lien entre l’allaitement à la demande ou « l’attachment parenting » et le fait d’avoir un enfant-roi ou moins autonome.

      Allaiter un bébé à la demande, répondre à ses besoins, le prendre quand il pleure, respecter son rythme ne le « gâtera pas », point barre.

      • c’est là ou je suis en désaccord , répondre à ses besoins aucun problème , mais totalement en désaccord avec le fait qu’un enfant(bébé) ne se gâte pas , un bébé à qui on apprend à jouer sera plus indépendant, le sentiment d’affection et d’amour sera tout aussi présent,mais combien plus profitable, combien de mères exécutent des tâches quotidiennes pas faire le ménage du printemps , les tâches de tous les jours et doivent porter leur bébé dans (un porte bébé) pendu à leur cou pour éviter des crises interminables ? Encore là je ne parle pas d’un bébé avant l’âge de 6 mois aucunement , avant 6 mois je crois sincèrement que ça ne se gâte pas comme vous le dite….

      • désolé si mon commentaire vous a choqué au point de l’éffacer , mais je reste en désacord avec vos propos qu’un bébé ne se gâte pas , avant 6 mois je ne crois pas , mais après cet âge je ne changerai pas d’opinion

      • Juste une précision. Nous n’effaçons jamais les commentaires.

    • Hahaha il est drôle ce commentaire. Ici j’allaite à la demande, à l’amiable quand c’est nécessaire mais à la demande sur le principe. Ma fille a 13 mois, a été portée sans interruption ses trois premiers mois de vie, n’a fait aucune sieste ailleurs que sur moi jusqu’à 5 mois, est restée à la maison avec moi jusqu’à 8 mois révolus.
      Aujourd’hui elle a 13 mois, a marché à 9 mois et trois semaines, est dans une forme olympique, ne pleure JAMAIS, hormis quand elle tombe et se fait vraiment mal, sinon elle se contente de tomber et de dire « grumpf ». Elle est gardé depuis 5 mois et n’a pas pleuré une seule fois le matin lors de la dépose chez sa nounou, commence à parler maintenant avec une dizaine de mots à son actif.

      Vous racontez n’importe quoi. Vous faites un lien complètement insensé entre les conséquences d’une culture (société de sur consommation et donc sur-stimulation et multiplication des désirs de l’enfant, séparation du bébé dès le plus jeune âge pour les besoins professionnels ou simplement par rejet de l’allaitement à la naissance, et oui, ça joue dans l’affectif de l’enfant quoi qu’on en dise), et les besoins d’une nature.

      Visiblement, allaiter ne vous a pas fait devenir plus lucide sur ce qu’était la relation d’attachement.
      Et quand on ne sait pas, on se tait. Avant d’attribuer à des enfants qui sont souvent extrêmements épanouis et indépendants des comportements que vous ne faites que supposer.

      Je rêve.

      • Bonjour,
        je soutiens également qu’il n’y a pas de rapport entre le maternage proximal et les « enfants rois  »

        (c’est quoi d’abord les enfants rois? bien souvent on colle cette étiquette a des enfants qui seront diagnostiqués hyperactifs , hypersensibles ou autistes asperger etc…donc même dans les cas d’enfants difficiles ou qui vous semblent « mal élévés » cette qualifiquation est tout a fait impertinente.)

        Bref Mon fils aussi a été allaité à la demande, et intensément, sans compter. Il a été longtemps porté , on a fait du cododo, il a été massé tous les jours pendant ses 10 premiers mois, entre autres, voila nous avons pratiqué et paratiquons encore le maternage proximal.

        Pourtant il n’est pas du tout gros , il a marché à 10 mois, il à 16 mois et parle un peu,fait des nuits complètes, parfois même des grasses matinés,ses siestes aussi, ne pleure pas souvent, même quand il se balafre la tête et qu’on va au urgences (par contre il a pleuré quand il s’est fait écrabouiller le doigt par un canapé).
        Il réclame les bras souvent oui , pour nous faire des calins et des bisous 🙂 et des guilis.
        En promenade il marche lui même , sans poussette jusqu’a ce que l’on rentre, depuis qu’il sait marcher, parfois on prend le porte bébé pour les longues promenades et c’est lui qui réclame a descendre quand il veut marcher. Il m’aide aussi à ranger et a plier le linge,range ses jouets,et nettoie ses bêtises (par exemple quand il renverse quelque chose il essuie lui même)
        Il a pourtant eu ses frustrations puisque même si je ne lui refusais aucune tétée j’ai posé des limites dans son éducation, telles que pas le droit de faire si , interdit de faire ça , et pas le droit d’aller ici ou la, on ne touche pas ça , en gros. Parfois il obeit parfois il essaie de transgresser, un enfant normal en somme…
        Ha non, il n’a pas de tétine et pas de Doudou, ce qui en fin de compte le situe plutôt dans l’anormalité, mais bon , ca ne perturbe pas sa vie et depuis qu’il est sevré il n’a jamais réclamé le sein.

        J’espère que nos témoignages vont vous éclairer sur le maternage proximal, cela n’est pas un mode d’éducation comme vous semblez le croire, mais plutôt un langage mère bébé , qui permet une bonne écoute des besoins de chacun et une relation affective pleine et épanouissante.

      • Tant mieu si votre enfant à un bon temperament, je fais face à toute sorte de situations , pas toujours facile, et je ne fais aucune supposition et je suis très lucide, faire la sieste sur maman jusqua 5 mois pas de problème en soi quand il ny a aucune coupure à mesure que l’enfant grandit et qui partage le lit familiale tardivement, il ne faut pas s’ étonner des répercussions cela dit j’ai toujours câliné mes enfants j’ai jamais mis de routine pour ça à volonté et encore aujourdhui avec mon ado et pré ado…

      • Tant mieu si votre enfant à un bon temperament, je fais face à toute sorte de situations , pas toujours facile, et je ne fais aucune supposition et je suis très lucide, faire la sieste sur maman jusqua 5 mois pas de problème en soi quand il ny a aucune coupure à mesure que l’enfant grandit et qui partage le lit familiale tardivement, il ne faut pas s’ étonner des répercussions cela dit j’ai toujours câliné mes enfants j’ai jamais mis de routine pour ça à volonté et encore aujourdhui avec mon ado et pré ado…

    • J’allaite ma troisième d’un mois 1/2… à la demande, cela va de soi (pour moi)! Si, il y a 2-3 semaines, elle semblait vouloir téter « trop » (?) souvent, elle a décidé il y a 1 semaine de passer d’un écart de 3 heures environ à …8-10 heures la nuit! Sans que je lui impose quoi que ce soit ou que je la laisse pleurer!
      Donc, même un bébé allaité à la demande peut faire ses nuits sans problème! J’ai eu deux autres enfants, le premier avait plus besoin de téter la nuit, et le second aussi, mais ce n’est pas une « fatalité » de l’allaitement à la demande.

      En plus, au niveau autonomie, il faudrait voir mes loulous (c’est moi qui souhaiterait parfois qu’ils en aient moins!!!!!).

      Je trouve simplement qu’il faut savoir SE respecter dans ses choix, mais surtout qu’il faut respecter que tout le monde ne fasse pas comme soi. Alors, comme le dit si bien cet article, à chacun son allaitement… mais n’oublions pas que nous forgeons les adultes de demain, alors, autant leur donner les meilleures chances, en les sécurisant, et surtout, en leur offrant beaucoup d’amour!

    • Non mais faut pas confondre  » à la demande  » et  »pseudo solution a tout »…

      • Bien d’accord.

        L’allaitement à notre sens représente le premier apprentissage, la première discipline. Plus l’enfants grandit et plus sa sécurité affective est assurée, d’autres formes de disciplines, de « rassurance », « d’autonomisation » apparaissent.

        Ce n’est pas pour rien que le sevrage devient un moment de fête et de rapprochement avec le père dans bien des cultures au mode de vie traditionnelle.

        Le détachement et le sevrage sont des étapes positives dans le développement d’un enfant. Raison de plus pour les vivre sereinement à au rythme de chacun, chacune.

      • D’accordvavec ça, malheureusement pas souvent le cas

      • Il est ou le barrème selon vous du détachement sans nuir aux développement individuel de l’enfant (sans trop couver pour permettre de grandir)

    • Je me rend compte m’avoir mal exprimé, de me faire dire que je connais rien à l’allaitement c’est sur que ça fait curieux en me rendant compte que le conte utilisé est au nom de mon mari, loll…. 2 gars 10 et 12ans, j’ai allaité mes garçons, jusqu’à 6 mois et dans mon cas, la sensation des petites dents sur le mamelon, ne maurait pas convaincu d’allaiter plus lontemps , je ne me suis acunement empêché d’allaiter par exemple au centre d’achat dans la mesure ou j’avais ma petite couverture pour cacher mon sein durant la tété, car dans ce temps là les endroits d’allaitement se faisait plutôt rare. J’avoue avoir de la difficulté avec cette pensée de plus en plus féministe, qui prône l’allaitement sans aucun soucis au long terme. Par exemple à un an mes enfants pouvaient avoir accès à leurs coblets de lait , un enfant qui dit lait et prend lui meme son lait sous le chandail de sa maman, je ne comprend pas…..je crois avoir fait mon devoir de mère en leur montrant, l’autonomie, la débrouillardise, la confiance en soi, la ou j’ai de la difficulté , cest lorsque lallaitement dure tellement lontemps que l’enfant devient infantilisé à un point tel qu’il retarde son développement, et je sais de quoi je parle en travaillant au près des enfants depuis plus de 15 ans et il y a une énorme différence au fil des années , vous avez la chance d’avoir des enfants avec de bonne petites personnalités enjouées, je constate depuis plusieurs années , la tendance à chigner le lirage, et beaucoup plus de manipulation envers le parent et ce en très bas âge il en a toujours eu certe , mais beaucoup plus fréquent , l’an passee , jai eu un enfant dont la maman couvait beaucoup nuit et jour et il sest averrer a un an cet enfant faisait le spasme du sanglot pour obtenir ce quil voulait, allez voir ce que cest ……la façon dont j’ai compris l’article, de se sortir le sein au moindre gémissements beaucoup de maman le font aujourd’hui et cède au moindre caprice, sur 6 enfants , jen ait 3 qui ne font pas leurs nuits dont un qui à 5ans et c’est de plus en plus commun…. la tendance est là. J’ai rien contre l’allaitement maternelle par contre on doit le faire intelligement….. je vais sans doute contrarié les plus féministes d’entre vous , mais je suis d’avis que les enfants méritent toute l’affection du monde, l’allaitement super tant et aussi lontemps quon aide nos enfants pour
      é ventuellement à grandir et non l’infantilisé….

    • J’ai allaité mes 2 enfants a la demande, s’ils se blessaient, je donnais le sein, s’ils pleuraient, s’ils voulaient les bras, s’ils demandaient le sein meme si je savais que ce n’était pas par faim, je leur ai offert, encore plus quand ils étaient malade. Cela dit, il n’y a pas plus indépendant que ma fille, croyez moi. La premiere fois que ma mere a gardé mes enfants c’est dépassé 1 an, car ici l’allaitement, c’est important. Et pourtant, j’arrive a les faire garder sans probleme maintenant, car ils savent que je serai toujours la pour eux quoi qu’il arrive. Des bébés de lait, vous dites? Les miens sont en bas du 20e percentile, ma fille est même en bas des chartes.

      Tant pis si mon sein est une tétine, j’adore le rapprochement que j’ai avec mes enfants, et l’autonomie dont ils débordent aujourd’hui.

  2. … 10 mois et toujours allaitée, elle commence à marcher en se tenant, elle a une grande confiance et assurance en elle, elle sourit à tous et observe le monde, les gens… aucunement dans les bras sans cesse, pas de pleurs pour un oui ou un non… et pas de sein en mode tétine non plus…

  3. nimporte quoi Shawn benvis…vous etes trés mal renseigné sur l’allaitement et colporter des idees recues!!!je ne vous « félicite » pas!

    • En passant c’est karine et je ne colporte rien du tout, mais simplement la réalité qui s’observe au fil des années en 15 ans dans mon service de garde ma chère je suis pour l’allaitement 100 % et si les gens ne désirent allaité ces leur choix aussi. Je suis tout simplement pour l’allaitement (besoin de l’enfant) à 2 ans je vois mal le besoin , mais ça c’est mon opinion et expérience de vie avec les enfants que je prend soin. Point

  4. Il y a de plus en plus de « Bébés de lait » Shawn Bevins ??? Quésako ??? C’est étrange de dire ça quand on sait comme justement l’allaitement long a du mal à revenir après des décennies d’industrialisation du lait « maternisé », et que c’est la dernière génération qui a le plus été élevée au lait artificiel … qui justement « gave » d’avantage que le lait maternel, et que c’est cette dernière génération qui a vu naitre le plus d’enfants rois… ! Faudrait peut-être se renseigner un peu au lieu de colporter des idées reçues personnelles bêtes et infondées. Un peu de lecture scientifique sur l’allaitement ne ferait pas de mal à certaines personnes. Désolé pour cet avis mais les personnes qui jactent sans savoir de quoi elles parlent m’énervent de plus en plus … ca doit êtres les hormones 😉 Et au fait, j’espère que vous avez au moins allaité vos enfants pour donner votre avis …

    • Shawn, je ne saurais trop vous recommander de lire Filliozat,Gordon ou même Liedloff plutôt que « Nanny secours ».

      C’est beaucoup plus instructif sur les émotions de l’enfant er l’impact à l’âge adulte des frustrations et privations d’affect dans l’enfance

    • Cette expression « bébé de lait » fait sourire en effet.

      Dans nos recherches pour la rédaction de Bien vivre l’allaitement, nous avons vu qu’elle prenait racine dans ces bébés du 20e siècle qui buvaient énormément de lait de vache, au point d’en faire de l’anémie. Leur pâleur collait bien à l’expression.

      Aujourd’hui, on a l’impression que certains utilisent cette expression pour parler de bambins allaités…

  5. hummmm comment vous dire…. vous dites absolument n importe quoi!!! c est à se demander si vous avez vraiment allaité!! ma fille de 16mois est toujours allaité et elle est loin d etre un enfant roi! alors certe elle est completement fusionnelle avec moi mais meme si je ne l avais pas allaité cela aurait été pareil! il faudrait un peu sortir des préjugés à 2cesters, qui par ce fait empeche beaucoup de maman d allaiter par vos discours plus qu abérants!

    • Si je me souviens bien c’est entre le 7 et 10 mois par la suite l’enfant apprend quil est un individu a part entiere , que le bébé est fusionnelle avec sa mère et à cet âge c’est tout à fait normal , c’est le processus normal du développement humain, j’ai vu des enfants de 4 ans demander la présence de son parent pour allée uriner prétextant avoir peur serait il un comportement fusionnelle ? Est ce favorable au développement de l’enfant désolé, mais j’ai des doutes

      • En fait, il semblerait que vous accueillez dans votre service de garde des enfants qui peuvent être soit insécures, anxieux, ayant certains manques (d’ordre affectif ou disciplinaire), de caractère très fort ou très opposant, ou encore dont l’éducation ne concorde pas du tout avec vos valeurs personnelles ou juste très différents des vôtres.
        L’allaitement ou le non-allaitement n’ont rien à voir directement avec le comportement de l’enfant, le lien est plutôt à faire avec le maternage, le parentage, la forme d’éducation donnée et aussi avec la personnaité propre de l’enfant.
        En tant qu’éducatrice, vous jouez aussi un rôle important dans le développement de ces enfants: leur apprendre à vivre le détachement d’avec leurs parents et la vie en société.
        Pour ce qui est de la vague féministe de l’allaitement longue durée, les féministes des années 50-60 sont déçues et parfois outrées de nos comportements. Elles disent s’être battues pour qu’on délaisse l’allaitement, travaille à l’extérieur de la maison, achète des couches jetables, et voilà qu’on fait tout le contraire… Mais je ne considère pas ça comme un retour en arrière, plutôt un retour aux sources ou au naturel.

  6. ouh moi je venais lire pour me faire une idée de ce qui était le mieux et la différence entre les horaires et la demande et je suis pas vraiment fixée sur ce qui est le mieux mais je me rend compte que c’est la demande et amiable qui prend le dessus dans les avis 😉

    • Ah Sophie, les horaires sont trop souvent dévastateurs pour la lactation – à court ou à long terme. Nous sommes désolées de ne pas avoir été assez précises…

      L’allaitement à l’amiable n’a rien à voir avec un allaitement selon un horaire.

      Nous expliquons tout ça beaucoup plus clairement et avec moult détails dans le chapitre 7 de Bien vivre l’allaitement.

  7. c’est sur … maintenir l’allaitement comme apport principal à l’alimentation de notre enfant c’est sans doute moins bien que de donner des panades industrielles dés 4 mois des petits gervais « junior » dés 6 mois, de la grenadine dans les biberons ou même du coca! ah ah c’est sur… c’est l’allaitement qui a propulsé toute une génération dans l’obésité!!! à l’époque où on bourrait les biberons de betterfoods et qu’on mettait du miel sur les sucettes! ( ah vi c’est vrai.. les sucettes existaient avant le sein! vilain sein de vouloir remplacer la si bonne tutu sur laquelle on peut mettre du sucre pour que bébé nous foute la paix! grr)c’est sur c’est l’allaitement le problème de la société! je suis ironique rassurez-vous! c’est incroyable qu’on puisse refuser de voir la réalité à ce point! ah ah ah l’allaitement c’est surtout gratuit! voilà où est le problème! les grandes industries n’auront jamais fini de trouver de bonnes raisons de faire consommer ce qui n’est pas et n’a jamais été nécessaire! vive le marketing vive la pub!

    • Vous êtes redu loin un bébé de 1 ans en moyenne mange du solide, comment se fait il que certains mangent solides comme leurs camarades en meme quantite et plusieurs boivent encore des quantités incroyable de lait. Aurait il de plus gros estomac?

  8. Allaité 25 mois : pas de doudou, pas de tétine, pas de pleurs en déposant chez la nounou, peut être gardé sans problème par un(e) inconnu(e) en cas d’urgence, marche à 10 mois, nuits complètes, pas de peurs irraisonnées, bref le contraire de la petite fille avec laquelle mon fils de 2 ans est gardé.
    Un témoignage de plus. Combien en faut-il pour convaincre ?

    • Ça ne prouve rien d’autre que vous avez créer un besoin jusqua 24 mois, a combien essentiel

      • Mais si l’on se fie à l’histoire de l’humanité, un petit humain tète en moyenne de 2 à 4 ans et on voit parfois jusqu’à 7 ans… Ça ne veut pas dire que chacun doit le faire, comme mentionné dans l’article, à chacune son allaitement. Seulement, la biologie humaine fait que le lait maternel est essentiel au moins durant la première année (au niveau nutritionnel) et ensuite les bienfaits immunitaires se poursuivent, et l’attachement et le développement à travers tout ça.
        Est-ce vraiment la mère allaitante qui crée le besoin?…

  9. L’allaitement est une decision personnelle et intime ou seules deux personnes devraient intervenir et decider…l’enfant et sa maman..le reste na pas a juger..pour ma part je suis maman solo,mon fils aura dans quelques jours 24 mois..allaité a lademande depuis sa naissance,cest un enfant autonome et tres sociable.encore quelques reveils nocturnes pour teter mais tot ou tard cela passera et si vite!!

  10. Merci pour cet article non culpabilisant. Oui, on peux mener l’allaitement comme ça nous convient ! Et pas comme tel personne nous le dit (long, court, à la demande, en horaire etc.)
    Maud Maman d’un garnement de 16 mois allaité à la demande jusque 5 mois puis à l’amiable jusqu’à 8 mois.

    • Vous comprenez bien le sens de nos propos. L’important c’est que nos agissements aient un sens. C’est aussi d’avoir toute l’information en main pour faire un choix qui nous convient et que l’on assumera.

  11. et si « on disait » qu’il existe autant d’allaitement (différents) que de couples mère/enfant ….chaque relation mère/enfant est unique ….voilà un des aspects passionnants de l’allaitement …dolto ne disait-elle pas que l’on fait le moins mal possible ….mais avec amour !!!

    • Absolument! Voilà ce qui fait qu’on ne cesse d’apprendre et de grandir à travers ces relations uniques.

      Nous avons à nous deux 9 enfants et nous avons mis 5 ans pour écrire Bien vivre l’allaitement. Il était assez drôle de nous voir ré-écrire quelques chapitres après chaque naissance 😉

  12. un bébé allaité pèse en moyenne 10% de moins à 1 an qu un bébé au LA …

    où est donc l enfant « trop gros » (sic … on ne parle même pas de bambins là oO et déjà des soucis de poids oO ) ?

  13. Shawn Bevins comment pouvez-vous comparer un bébé (nourrisson) avec un enfant ! Là on parle d’allaitement me semble t’il, et l’allaitement est avant tout une affaire de bébé !!! On commence pas l’allaitement au 3ans de l’enfant?! o_O Donc je ne vois aucun rapport entre l’allaitement et votre lien sur les enfants roi ! A moins que pour vous maman qui allaite à la demande = forcément mère laxiste ! Je ne vois pas en quoi respecter le rythme naturel de son nourrisson empècherai par la suite de dire non à son enfant pour tout autre choses…
    Etes vous le genre de personne qui mange parce qu’il est l’heure de manger (et tant pis si vous n’avez pas faim)? Le genre de personne qui se retient d’aller au toilette parce ce n’est pas l’heure de votre pause? Bref le genre de personne qui à oublié qu’avant d’etre des machines à produire, des machines à profits, avant même d’etre des etres doté de pensées et d’envies, nous sommes avant tout des mamifères qui ont des BESOINS NATURELS??? A bon entendeur…

    • En passant, mon nom cest Karine , la façon dont javais compris l’article , c’est l’allaitement au moindre petit gémissement et oui il y a des femmes qui allaitent jusqu’au delà de 3 ans , quand des mamans arrivent matin après matin cernés jusquen dessous du nez et passent leurs nuits à bercer nourrir leurs enfants, oui de plus en plus ne serait il pas normal de dormir la nuit… ça ne fait pas parti dun apprentissage. Et oui je mange chaque repas , jai une routine, mes enfants aussi, à la garderie et a l’école aussi il y a des routines et les gens qui travaillent dans des usines doivent apprendre à faire travailler leur vessie, si il faut qu’ à chaque fois qu’ on a envie qu’on quitte notre travail sans rien dire il y a des boss qui vont règler leur problème, une vessie ça se travaille un estomac aussi et si tu manges à toutes les heures ton estomac s’habitue et à faim et s’ il grossit ben toi aussi, quand on élève des enfants, on veut quils fonctionnent bien en société alors on leurs donnent des routines ce n’est pas à l’école à s’ adapté aux nombreux différents estomacs pour l’heure des repas, mais bien l’inverse…..

      • Bonjour Karine,
        J’espère qu’à la relecture de l’article vous l’avez mieux compris. Je trouve cependant dommage que vous pointiez l’allaitement comme la cause de tous les maux de la maternité. De plus, dans l’article Nanny Secours que vous suggérez, l’allaitement n’est pas mis en cause dans les  »indices que vous fabriquez un enfant prince ».
        Je crois qu’il y a autant d’histoire d’allaitement qu’il y a de mamans. J’ai allaité ma fille à la demande jusqu’à 9 mois, moment où j’ai malheureusement dû arrêter. Ma fille est très indépendante et pleure rarement sans raison. Je respecte les mamans qui allaitent longtemps et encore plus, cela de me dérange pas puisque ce ne sont pas de mes affaires. L’allaitement prolongé des autres, qu’est-ce que ça change à ma vie? Rien.
        Comme vous, j’espère que mes enfants fonctionneront bien en société et pour ça, je souhaite leur léguer d’importantes valeurs : l’ouverture d’esprit et le respect des choix des autres.

      • Je pleins tout autant que vous ces mamans dont les petits ne font toujours pas leurs nuits mais j’ai bon nombres d’exemple dans mon entourage où les enfants on fait leurs nuits très tardivement (entre 2 et 3 ans !) et pourtant aucun de ceux ci n’était allaité ! Je crois que le faite de ne pas faire ces nuits est avant tout un problème d’angoisses, de peur (conciente ou non), venant tout autant de l’enfant que du parent qui la transmet involontairement à son enfant… Bref on pourrait débatre et partir dans des étude psycho mais là n’est pas le sujet !!!

        Pour revenir à nos « moutons », je suis choqué de lire qu’un estomac et qu’une vessie ça se travail, que quand on à un poste en usine on n’a pas le choix que de se retenir… On parle bien des bébés à la base??? Donc après 9 mois à se développer à son rythme, à puiser dans le corps de sa mère toute les ressources nécéssaires quand bon lui semble, vous me dites Karine, qu’il est bon d’IMPOSER une routine à un bébé, de « travailler » son estomac pour qu’il soit réglé à heure fixe?! Alors là c’est moi qui en suis estomaquée !!! o_O

  14. Bonjour,
    D’abord, merci pour cet excellent article, comme d’habitude avec lequel je suis tout à fait d’accord.
    Je voudrais juste faire part de ma petite expérience qui est assez différente de tous les témoignages ci dessus.
    J’ai eu un bébé très demandant, un BABI comme certains les qualifient, puis un bambin hypersensible. Mais sur le coup, je ne m’en suis pas vraiment rendue compte. Je l’ai allaité à la demande très longtemps, environ 2 ans (et non pas à l’amiable) et j’ai vraiment douté. Évidemment, à 2 ans, ce n’est pas toutes les heures et j’arrivais quand même à négocier mais parfois, c’était tellement important et réconfortant pour lui que je n’avais pas le coeur de lui dire non. Certains auraient certainement qualifié cela de caprices. Et j’en est longtemps douté. Clairement, je lui ai servi de doudou, de tétine. Il n’en a jamais eu d’ailleurs. Et ce n’était pas un bambin facile. Il n’aimait pas sourire aux étrangers, voulait tout le temps être porté, était très exclusif, très difficile à faire manger, à faire dormir (il a vraiment fait une nuit complète à 3 ans et a dormi longtemps avec nous), etc … Mais nous avons continué malgré tout à l’écouter et à répondre à ses besoins (oui, parce que mon conjoint était en phase absolue avec moi, ça compte pour beaucoup !). Par contre, je n’ai pas eu le droit à des crises pour des choses « matérielles » (j’ai toujours réussi à sortir d’un magasin de jouet sans rien acheter et sans problème) et il m’a toujours très bien écouté, très raisonnable aussi. J’ai réussi à le garder à la maison jusqu’à 3 ans (c’était mon choix) tout en reprenant un petit travail et à le faire garder par une amie avec qui ça se passait très bien. Aujourd’hui, il a 4 ans et il va en garderie à mi-temps. Petit à petit, sans que je ne m’en rende vraiment compte, il est devenu un enfant hyper facile ! Et cela a commencé avant d’aller en garderie. Il dort très bien la nuit, mange très diversifié et bien, est extrêmement empathique (ce qui est étonnant à son âge), est très calme, écoute et comprend parfaitement les consignes, aime aider les autres, n’est jamais violent, est toujours très doux et surtout a une confiance incroyable en lui. Bref, à la garderie, c’est le seul enfant de son groupe avec lequel il n’y a jamais de problème. Son éducatrice m’a même dit « c’est un ange » … Moi qui ai tellement douté, je suis tellement heureuse aujourd’hui que nous ayons fait ce choix ; je suis absolument certaine qu’il ne serait pas devenu ce qu’il est aujourd’hui si nous avions voulu le faire rentrer dans un moule. Je ne dis pas que tous les enfants ont de tels besoins et bien sûr, tout le monde ne peut ou ne désire pas faire le même choix que moi. Et je pense que le bien-être des parents est primordial. Nous, nous étions à l’aise là-dedans, la seule chose difficile était le regard des autres et les conseils bien avisés de certains spécialistes qui auraient pu nous faire douter. Notre fils avait surtout besoin de plus de temps que les autres, c’est tout.
    D’ailleurs dans beaucoup d’endroits dans le monde, on donne le sein pour tout et n’importe quoi sans se poser de questions. C’est très culturel tout ça. Comme vous le dites très bien dans votre livre, il y a plusieurs façons de materner (je dirais « parenter ») ; à chacun de trouver sa façon de faire.
    Tout ça pour dire que parfois, oui, le sein peut être une « pseudo solution à tout » sans que l’enfant devienne un enfant roi, tant que les parents y trouvent leur compte !

  15. Nous sommes dans un élan ou , la discipline se fait de plus en plus rare ou les parents deviennent les amis de leurs enfants et non plus ,une personne ressource, on dirait qu’on ne sais plus dosé dans rien , dans le développement de l’enfant ,il y a la phase buccal ,porte tout à sa bouche ,besoin de tété oui il y a une certain sentiment de sécurité par la succion , vient ensuite le phase anal qui concerne ,l’apprentissage de la propreté , c’est plus difficile pour un enfant de sauter les étapes de passé à la phase de l’apprentissage de la propreté avant d’avoir terminé la phase buccal et ainsi de suite , contrairement à toi , ça change à ma vie

    • Il ne faut pas confondre la discipline avec l’autorité, l’empathie et l’écoute avec le laxisme, il ne faut pas confondre non …
      Vos fausses connaissance ne vous donne pas la sagesse c’est certain, et le savoir n’est pas une garantie d’avoir raison…
      Dans certaines cultures la propreté advien bien plus tot que dans la notre et souvent ce sont les même ou l’allaitement dure jusqu’au sevrage naturel , bien apres la soit disant phase buccale …
      Ouvrez votre esprit au lieu de considerer des enfants différents comme mal élevés, ils ont juste une autres éducation et une autre manière de vivre leur vie et leur famille.
      Cela dit j’ai bien l’impression de parler dans l’oreille d’un sourd…

      • Effectivement. Nous ajouterions aussi qu’il ne faut pas confondre besoins et désirs… et encore moins besoins et caprices!

      • Oui, mais c’est parfois très difficile de ne pas confondre tout cela parce que chaque enfant est différent et ce qui pourrait être un caprice pour l’un pourrait être un réel besoin pour l’autre. Et surtout, l’âge entre aussi en considération et il y a parfois de grands écarts entre chaque enfant.
        Personnellement, je me suis toujours demandé si c’était un réel besoin pour mon fils de téter autant. Dans mon cas, la réponse a toujours été oui. J’en suis aujourd’hui intimement persuadée.
        Par contre, il faut aussi écouter notre propre limite. Moi, au bout d’un moment (je ne me souviens plus à quel âge), je ne voulais plus allaiter à l’extérieur ou devant certaines personnes parce que je me sentais trop gênée et il l’a très bien compris. Mais à la maison, il s’en donnait à coeur joie ! Quelle bonne excuse pour lire à la place de faire le ménage !!! (oui, ma maison n’est pas impeccable, c’est un choix aussi).

    • Juste pour dire mon avis, je suis moi même éducatrice et maman d’une petite de 7 mois allaitée à la demande et je trouve que tu confond énormément l’allaitement et le sentiment d’attachement dans tout tes message. Un enfant de 4 ans qui a besoin de sa mère pour tout, souffre avant tout du lien d’attachement non sécurisant ce qui est le contraire de l’allaitement qui va développer un lien d’attachement sécurisant. Un enfant allaité à la demande ne deviendra pas plus capricieux qu’un enfant allaité seulement 6 mois selon un horaire fixe.De plus, ceux qui ne sont plus allaité après 6 mois boivent quand même une autre forme de lait pendant leur journée. Un enfant allaité longtemps à la demande va diminuer progressivement de lui-même ses boires, pour boire sa quantité nécessaire. De plus savais-tu que dans les pouponnières des cpe, depuis maintenant plusieurs années, on préconise de suivre le rythme des bébés, donc on respecte chaque enfant dans son propre horaire de sieste et d’alimentation? Avec le temps, l’horaire des tout petits devient de plus en plus semblable, pas besoin d’imposer une routine extra rigide à 6 mois. En terminant, chaque enfant est unique, quelques uns sont très fixe dans leurs heures de boire et pour d’autre cela prend plus de temps. Voilà mon opinion d’éducatrice, il serait p-e temps de mettre à jour votre formation

  16. chacun fait fait fait c’qui lui plait plait plait …..

  17. ma fille a 4 mois aujourd’hui! toujours allaitée à la demande! elle fait ses nuits depuis ses 2 mois! elle ne pleure jamais sauf quand elle a mal qq part (coliques par exemple ou à cause de son énorme reflux!!)! elle ne veut pas de tétine et n’a pas besoin de doudou pour s’endormir! c’est hallucinant de lire qqn qui garde des enfants avoir de tels propos!!! je voudrais pas mettre ma fille à garder là bas!

  18. […] – Mes collègues canadiennes écrivent sur l’évolution de l’allaitement à la demande. […]

  19. Karine, besoin d’une psychanalyse? Contactez moi… Je crois que vous projetez énormément de votre vécu enfant-bébé dans ce post et visiblement le point de vue et de pratique d’autres mères vous insulte. Attention à nos projections! Les enfants d’aujourd’hui, les adultes de demain mais avec les névroses et problématiques héritées des parents…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :